Ingénierie et études acoutiques
Insonorisation industrielle
Insonorisation du bâtiment
Génie climatique et ventilation
Groupes electrogènes
Chambres anéchoïques
Traitement acoustique de
bureaux
Mousses, plots et consommables de négoce
Panneaux acoustiques
Baffles acoustiques
Silencieux acoustiques
Grilles acoustiques
Grilles non acoustiques
Portes acoustiques
Soufflettes silvent
Sonomètres



MESURE

Glossaire MESURE
Pour toute mesure de bruit routier, la " loi bruit " impose l’utilisation de la norme Afnor NFS 31-085 :
 conditions environnementales
 positions des points de mesure
 permettre la lecture des résultats par n’importe qui et autoriser des comparaisons.
Dans la pratique il s’agit de relever et de respecter les facteurs suivants :
 emplacements de mesurages : descriptions topographiques du sol, avec distances du point de mesure aux sources sonores, la position du bâti et des infrastructures de transports, les angles d’ouvertures du microphone sur chaque source sonore.
 nature du site : rue en " U " qui accentue les effets de réverbération ; rues en " tissu ouvert " par opposition aux rues en " U ", description du sol et des chaussées.
 conditions météorologiques : vitesse du vent, rayonnement, couverture nuageuse, humidité du sol. Les conditions météo auront un effet favorable, homogène ou défavorable, sur la propagation du son.
Trois mesures de niveaux sonores proposées par la norme :
 mesurage de constat : représentatif de l’état mesuré pendant la période de mesurage.
 mesurage de long terme trafic : le résultat de la mesure est recalé par rapport à un débit routier de long terme ( normalement représentatif d’une année), la météo est celle observée lors du mesurage ( météo défavorable discriminatoire).
 mesurage de long terme : pour lequel la mesure est recalée par rapport à un débit routier de long terme et où la météo est représentative d’une moyenne annuelle. (Ici aussi une météo défavorable n’est pas obligatoirement discriminatoire).
La norme propose enfin quatre tests, permettant d’invalider ou non la mesure :
 test statistique de répartition Gaussienne du trafic : les niveaux sonores relevés pour une source routière doivent suivre une distribution statistique proche de la loi de Gauss. Ce test s’il est validé met en évidence que les sources sonores routières sont dominantes par rapport aux autres sources (bruits de voisinages, sources sonores ponctuelles, aboiements, bruits continus).
 test de continuité du signal : ce test impose un écart maximal entre deux valeurs consécutives du LAeq mesuré. Ce test permet dans certaines limites (20 % de la durée totale de la mesure) d’éliminer des valeurs aberrantes - les événements sonores très ponctuels dans le temps, même s’ils sont directement liés au trafic ne sont pas pris en compte par la législation.
 corrélation entre LAeq (mesuré) et trafic : il s’agit d’observer les écarts entre les valeurs du LAeq mesuré toutes les heures par exemple, et du LAeq estimé par calcul à partir du débit routier horaire.
 corrélation entre différents points de mesure : il s’agit ici de vérifier qu’il existe une bonne corrélation entre différents points de mesures réalisés simultanément.